Sins of the Father [10]

Et voici enfin la suite. Désolée, elle n'est pas vraiment plus longue que le chapitre précédent, et de plus, ce chapitre-là ne ressemble à pas grand chose. Ensuite, désolée de l'avancement lent de l'intrigue, mais je ne voulais pas tout finir dans ce chapitre-là.
Bonne lecture quand même...

Chapitre 10 : Sins of the Father

Imaginez. Vous êtes dans la fleur de l’âge, vous êtes passionné. Vous vous élancez dans la vie, enthousiaste, enjoué. Vous êtes entouré d’une famille composée d’orphelins et d’un oncle bougon. Mais vous êtes heureux, parfaitement heureux. Puis, votre planète est attaquée. D’abord, vous subissez, puis vous entrez dans le cœur de l’action. Aidé fidèlement par un groupe soudé, et surtout, un ami formidable, vous la sauvez. Le bonheur regagne votre foyer. C’est alors qu’un nouveau drame, un peu plus local, vous touche. Des crimes racistes sont commis. À nouveau, vous et votre ami vous démenez et ramenez la paix. Des blessures, des obstacles, mais vous finissez par rentrer chez vous. Et là, un nouveau choc : votre oncle est inconscient. Presque mort. Vous êtes désespéré. Pourquoi vous ? Et, surtout, pourquoi lui ? Vous n’avez même plus envie de vous battre. La résolution de ce problème conduira-t-elle encore à un pire ? Vous ne tentez plus rien. Mais votre ami est là, et vous pousse à agir. Alors vous voilà reparti, sur vos propres pas remontant à quelques mois à peine. Un voyage dans l’espace. Des souvenirs douloureux qui remontent. En ce même lieu, peu de temps auparavant, votre oncle était déjà mort. Et il y a cette étrange beauté des environs. Vous qui aimez la photographie, vous aimeriez vous attarder sur chaque détail, regarder avec l’œil du photographe. Mais vous n’êtes pas là pour ça. Vous vous sentez fautif. Vous avez l’impression d’avoir précipité votre oncle à sa perte. Sans vous, tout irait bien mieux. Et vous pensez à votre ami, qui est là, pour vous, depuis le début. Dès votre rencontre, il vous a été fidèle. Vous le lui rendez plutôt bien, mais pas assez à votre goût. C’est maintenant que vous vous en rendez compte. Cet homme est si formidable. Il a l’air tellement seul, au fond. Alors là aussi, d’une part, vous vous en voulez. Qu’attendez-vous pour l’inviter chaque jour chez vous ? Passer de bons moments, l’aider à se sentir bien, à son tour… Lui montrer ce que vous, avant la guerre, vous aviez pu construire avec votre famille de fortune. Ce sentiment d’impuissance, de regrets, cette impression d’avoir tout raté… Vous vous sentez définitivement vide. Vous-même, vous essayez de vous persuader que vous êtes motivé, mais non, vous n’y pouvez rien. Plus aucune énergie. Plus aucun courage. Plus rien.
Si vous arrivez à ressentir ça, vous comprendrez Jade.
C’était ainsi qu’elle se sentait depuis bientôt une heure. Malgré les efforts et les paroles de Double H pour lui redonner un soupçon de sourire, rien n’y faisait. La Base Lunaire lui rappelait bien trop de souvenirs, et à la tristesse et au désespoir venaient s’ajouter la mélancolie et même la nostalgie. Il y avait quelque chose qui lui manquait, parmi les décombres de la guerre menée contre les DomZ. Sans doute la fraîcheur de ses émotions, à ce moment-là. À l’époque, elle faisait découvertes sur découvertes. À présent, malgré son très jeune âge encore, elle avait l’esprit plus vieux.
Et tandis que les deux agents traversaient le dédale de la Base Lunaire, la jeune photographe revenait sur son passé. Un passé lointain, celui de son enfance. Ou même avant. Elle avait cette éternelle page blanche dans le livre de sa mémoire, qu’elle n’arrivait, malgré ses efforts, pas à combler. C’était étrangement en ce lieu qu’elle en venait à se poser ces questions. L’architecture DomZ avait été complètement enlevée, du moins dans l’émetteur satellite, mais il y avait autre chose. Une ambiance particulière, sans doute.
Jade et Double H redécouvraient totalement les environs. Plus rien n’était comme avant, c’en était déstabilisant. Sans aucun moyen de se repérer, ils suivaient leur instinct, et faisaient confiance au plan qu’ils avaient vaguement vu en arrivant. Il fallait descendre apparemment très profondément en souterrain, avant de remonter un peu pour accéder à la Grande Crypte, lieu d’un combat acharné mené contre le Prêtre DomZ. Qui était-il, au juste ? Aurait-il réellement un rapport avec les origines de Jade ? Depuis son retour sur Hillys, la jeune femme ne s’était jamais vraiment questionnée à ce sujet. Elle n’avait rien demandé à Pey’j, non plus… et elle n’en saurait peut-être jamais rien. Encore un motif pour avoir des regrets…
Le chemin commença à devenir pentu. Double H marchait devant Jade, le pas vif et décidé. Il regardait très peu le paysage, ne voulant pas s’attarder sur des détails futiles. La température, quant à elle, descendait de plus en plus vite, et le silence commençait à devenir pesant. Double H, lui, n’en était pas gêné. Jade, d’ordinaire, aurait voulu combler le vide. Mais elle avait la tête ailleurs. Ainsi, seul l’écho de leurs pas retentissait dans cette espèce de tunnel en pente.
Un « ascenseur moderne », comme le qualifierait Pey’j, s’offrit aux deux compagnons. Après avoir regardé alentour si aucun autre chemin n’était possible, ils l’empruntèrent. L’angoisse commença à prendre place parmi eux. À partir de ce moment-là, il n’y eut plus aucune source de lumière. Et la descente fut interminable. Allaient-ils parvenir au cœur-même de l’astre lunaire ? Sur quoi allaient-ils tomber ? Ils ne venaient que pour trouver de l’ADN DomZ. Jusque-là, rien n’y ressemblait. Tout avait été nettoyé, complètement vidé, pour effacer toute trace des malheurs vécus par les Hillyens. Puis on put entendre un bruit étouffé. Était-ce un soupir ? De l’air ? C’était indescriptible.

- Shauni…

Ce râle, à peine audible, faisait froid dans le dos. Cette voix gutturale avait stoppé net les deux compagnons. Jade sentait son cœur battre à ses tempes. D’où venait ce son ? Était-elle la seule à l’entendre ? Apparemment non, Double H la regardait d’un air inquiet. Il fit un pas vers elle, mais la voix s’éleva à nouveau et l’arrêta encore.

- Shauni…

La vue de Jade se troubla. Jamais cette voix n’avait été aussi effrayante. Elle l’avait entendue plusieurs fois, durant la guerre, et ici-même, dans les entrailles de la Lune. Mais après avoir cru sa mort, après avoir cru s’en être débarrassé, le revoilà. Le Prêtre DomZ et ses paroles intrigantes. Elle ne le voyait pas, n’envisageait même pas sa présence possible, mais elle l’entendait. Un mal terrible s’empara de son crâne. Double H accourut à ses côtés et la regarda droit dans les yeux. Il ne comprenait pas. Elle était dans un tel état, cela faisait peur à voir. Les yeux, d’ordinaire si vivants, de la jeune femme, étaient devenus blanchâtres et vagues. Son teint était livide, et ses membres tremblaient. Elle avait l’air sur le point de s’écrouler. Se voulant rassurant, il passa un bras autour des épaules de son amie, mais elle le repoussa violemment.

- Ne me touche pas !

Pour la première fois, Jade s’emportait contre lui. Après toutes les pensées reconnaissantes qu’elle avait pu éprouver pour lui quelques minutes plus tôt, elle n’avait pas pu supporter qu’il lui vienne en aide à nouveau. C’était à elle de s’en sortir. De toute façon il n’y pouvait rien. Et elle-même, elle ne s’était pas contrôlée. Elle ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait. Son sang bouillonnait, une lame invisible lui transperçait l’esprit. Sa vision n’était toujours pas nette. Et cette voix, qui retentissait inlassablement dans sa tête… Si elle s’élevait encore, pour de vrai, elle n’allait pas tenir le choc.

- Double H… Qu’est-ce que c’est… comment est-ce possible ? Cette voix…
- Mademoiselle Jade…
- Shauni.

Jade tomba à genoux, la tête entre les mains. Une larme glacée lui coula le long de la joue. Son ami s’approcha d’elle, mais garda tout de même ses distances. Il lui murmura de se calmer. Les deux compagnons attendirent, effrayés.

- Tu es revenue. Je le savais. Et cette fois le porc n’est pas là pour te mentir à nouveau.

C’en était trop. Ce DomZ, quoiqu’il soit, devait se taire. Et disparaître. Malgré ses larmes, ses regrets, sa douleur, Jade se leva et ne prêta aucune attention à ses paroles. Double H la suivit des yeux, la mâchoire serrée. Mais quelque chose les interrompit encore. Autour d’eux, des centaines de minuscules lueurs vertes et bleues se mirent à danser. Le spectacle eût été magnifique s’il n’avait pas été dans ce contexte-là. Jade les regarda, la mine triste, mais attendrie. Elles lui rappelaient les lucioles de la vieille mine.

- Tu m’appartiens, Shauni. Tu n’es pas encore prête, mais, un jour, tu me reviendras, offerte, et épanouie. Je ne suis pas ici. Seule ma voix est parmi vous. Tu me trouveras, Shauni, quand il le faudra.

Double H entendait lui aussi cette tirade, et savait que, à la place de Jade, il serait pétrifié. Les lueurs colorées tournoyaient autour de la jeune femme. Puis l’écho de la voix du Prêtre se tut, replongeant le tunnel dans un silence pesant. Alors, les lumières fondirent ensemble sur Jade, et s’incorporèrent en elle.
Elle en ressortit changée. Non pas physiquement, mais mentalement. Tout le désespoir, toute la tristesse ressentis auparavant avaient disparu. À présent, elle était motivée, pleine d’espoir et de courage, prête à se battre. Ses lèvres s’étirèrent en un large sourire. Elle s’approcha de Double H, et l’enlaça tendrement.

- Merci d’être là, Double H.

L’ancien sergent esquissa à son tour un sourire. Son amie allait mieux, et il en était ravi. Ils reprirent leur marche sans fin. Le silence était le même, mais il n’était plus perçu pareillement. C’était un silence concentré, poli, et non inquiétant. Mais dans leurs têtes, ça travaillait toujours autant. Jade ne comprenait absolument pas tout ce qui lui était arrivé. Le Prêtre, ses paroles. L’état second dans lequel elle avait été plongée. Ces lumières, qui lui avaient, en quelque sorte, redonné vie. Venaient-elles de lui ? Etait-ce le Prêtre en personne qui avait permis sa « guérison » ? Il avait eu, dans ce cas, de bonnes intentions envers elle… c’était étrange. Cela cachait forcément quelque chose de mauvais.
Puis quelque chose dans l’environnement changea. La lumière était différente. La manière dont résonnaient leurs pas. L’ambiance générale, même. D’abord, rien ne fut visible à l’œil nu. Puis les deux compagnons purent découvrir des merveilles.
Ils avaient atteint le cœur de Sélène.
Il ne faisait pas chaud, étonnamment. Le noyau de l’astre brillait d’une lumière bleutée, entouré d’une sorte de champ de protection doré. Tout était doux, calme, tout sauf aveuglant. Les deux amis échangèrent un regard. Ils n’y croyaient pas. Jamais de leur vie ils n’auraient pu imaginer assister à un tel spectacle. Cela représentait tant de choses. Ils n’avaient qu’une envie : s’arrêter et contempler ceci toute leur vie. En l’espace d’un instant, ils oublièrent la raison de leur venue. À quoi bon réfléchir, quand on se retrouvait face à l’origine des choses ? Aucun d’entre eux ne croyait cela possible. Dans leur esprit, se trouver à quelques mètres du noyau d’une planète représentait une mort certaine. Ils n’avaient aucune envie de quitter ce lieu enchanteur.
Et pourtant… malgré toute la beauté qui s’offrait à eux, malgré l’envie d’admirer les merveilles qui se trouvaient là, ils devaient continuer leur route. Ils apercevaient un chemin montant, qui les mènerait sans doute à la Grande Crypte. Ils se forcèrent à s’arracher à la vue de ce paradis, et entreprirent la montée.
Plus ils s’éloignaient, plus la température remontait. Au-dessus d’eux, pendaient des stalactites violacées, et l’on pouvait entendre des bruits de gouttes s’écrasant sur le sol. Les yeux des deux agents souffraient de l’obscurité, après avoir vu la lumière du cœur du monde. Leurs cœurs battaient de plus en plus vite. A présent, ils ne voulaient qu’une chose : atteindre leur but. Jade était retombée de son nuage. Son oncle était en danger de mort. Il était peut-être déjà trop tard. Elle était animée d’une énergie nouvelle, depuis l’intervention du Prêtre. Là, elle était prête à tout pour le sauver.
Et enfin. Ils y étaient parvenus. Rien n’avait changé. Cette grande salle circulaire, ressemblant à une salle de prière, au centre de laquelle se trouvait cette statue de pierre colossale. Les souvenirs douloureux remontèrent. Les traces des DomZ étaient encore bien là, mais rien de quoi récolter de l’ADN. Il leur en fallait absolument, pourtant.
Alors Jade alla au pied de la statue. Elle la regarda de bas en haut, puis resta les yeux rivés sur la tête du colosse. Elle ferma les siens et se concentra, éveillant la curiosité de Double H. Elle pensa à tous les souvenirs qu’elle avait des DomZ, de leur langage, de leur apparence. Et, tout naturellement, elle se mit à parler DomZ. Elle se surprit elle-même. Double H accourut, incertain de son état. Mais elle allait bien. Elle n’en revenait pas, mais allait à merveille. Quand elle se tut, elle se sentit incapable de répéter ses paroles. Seulement, celles-ci avaient été entendues. Tout autour d’eux se formèrent des silhouettes bien familières. Des sarcophages DomZ, toutes griffes dehors, les encerclèrent. Sans plus attendre, Jade et Double H se jetèrent dessus et les abattirent. Malheureusement, il leur était impossible de récolter de l’ADN, car une fois vaincues, les créatures se décomposaient. Il allait falloir développer une stratégie pour parvenir à leurs fins…

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site