In Hot Pursuit [7]

Voilà voilà ! J'ai peiné à finir ce chapitre, mais il fallait que je continue cette fic. C'est donc un chapitre moyen que je vous propose maintenant ^^ 

Chapitre 7 : In Hot Pursuit

Voler à dos de Ptérolimax. Voilà encore une chose que Jade n’aurait jamais pensé faire, rien qu’un an plus tôt. Mais après avoir anéanti un serpent de mer DomZ, fait exploser l’émetteur lunaire, et vaincu le prêtre DomZ lui-même, plus rien ne la surprenait vraiment. Elle trouvait presque ça amusant, en faisant abstraction de la horde de requins les poursuivant. Elle était pourtant plutôt confiante : le Ptérolimax était hors d’atteinte. Le seul problème, c’était que le monstre se déchaînait, se secouait, et tous ses cavaliers devaient se cramponner à ses écailles pour ne pas chuter. Jade priait pour qu’aucun de ses compagnons ne lâche prise : il était hors de question qu’elle perde l’un d’eux ! Elle ne les connaissait pas tous, mais Jade aimait, en général, toute personne le méritant. Ces pauvres otages le méritaient, bien entendu.
Le Ptérolimax se décida enfin à sortir de la salle centrale. Jade jeta un coup d’œil en arrière. Les requins n’étaient plus visibles. Qu’est-ce que cela signifiait ? Rien de bon, sans doute. Ils n’abandonneraient pas comme ça. Elle redirigea son regard droit devant elle et eut un sursaut. La façade qu’elle s’était acharnée à faire s’effondrer n’existait presque plus. Les rochers dégringolaient le long des murs, allant s’écraser dans le vide. Jade pria silencieusement pour que l’îlot entier ne s’effondre pas. Le chemin qu’elle avait déjà traversé plusieurs fois était impraticable – sauf si l’on escaladait les rochers, mais cela prendrait du temps – à pied, mais à dos de monstre, c’était un jeu d’enfant.
Ledit monstre n’en décida pas ainsi.
Jade sentit l’air fouetter son visage. Le Ptérolimax avait piqué droit en direction du ravin. L’avantage, c’était qu’elle allait pour la première fois découvrir les profondeurs de l’îlot. L’inconvénient, c’était que son « ami » le monstre n’allait peut-être pas la faire remonter. Quoiqu’il en soit, le Ptérolimax descendait, descendait, de plus en plus profondément dans le cœur de l’îlot. Jade découvrit alors les mêmes lueurs bleutées que dans la mine, mais là, la nature foisonnait. Rien d’artificiel, tout était à l’état pur. Le Ptérolimax se posa alors lentement sur le sol et se roula en boule. Jade remarqua alors un énorme nid en-dessous de lui. Apparemment, il n’était pas prêt de repartir. Il voulait terminer la sieste interrompue par l’arrivée fracassante de notre héroïne. Celle-ci n’en menait pas large. Elle regarda ses compagnons et leur adressa un regard d’excuse. Eux, surtout les plus jeunes, ne semblaient pas aussi désemparés.

- Trop cool ! s’exclama le petit Fabian. C’est le plus beau manège de ma vie.

Tous esquissèrent un sourire. Avait-il seulement conscience de la situation ?
Jade se mit à réfléchir rapidement… S’ils ne pouvaient pas remonter, autant trouver une sortie dans les souterrains ! Double H la rejoignit dans son idée. Jade mena alors la marche, et Double H la ferma, pour mieux encadrer la petite troupe d’anciens otages.
Ils commencèrent par traverser un tunnel sombre, où ils ne rencontrèrent aucun danger. Ce fut par la suite que les choses se corsèrent. À la sortie du tunnel, ils débouchèrent dans un vaste espace vert. Au bout, quelques rochers à escalader pour continuer à avancer. Jade en prit la direction, mais un bruit de feuilles l’arrêta. Elle scruta les horizons : rien, apparemment. Le bruit devait venir des buissons, sur les côtés, mais rien n’en sortait. Jade s’approcha, curieuse, mais prudente. Elle écarta quelques petites branches et recula aussitôt.
Une sorte de dard avait jailli de l’arbuste. Elle dégaina alors son daï-jo, et fut rejointe par Double H, marteau à la main. Les rescapés restaient en arrière, les enfants protégés par les plus âgés. Sortirent alors des buissons plusieurs sortes de scorpions de la taille d’un chien, prêts à se jeter sur eux. Jade remercia ses réflexes grâce auxquels elle n’avait pas été piquée, et pria pour que les scorpions ne leur posent pas trop d’ennuis. C’était peine perdue. Ils fondaient déjà sur eux, menaçants. Jade réfléchit s’il était plus sage de fuir ou de les neutraliser. Double H n’eut pas l’air de se poser la question, car il se jetait déjà sur les créatures. Evidemment, il était protégé par son armure, lui !
Jade se tourna vers les anciens otages et leur dit :

- Restez en arrière. On va essayer de les maîtriser, mais honnêtement, je pense qu’il vaut mieux fuir.
- Attention mademoiselle Jade ! s’écria Double H.

Elle se retourna vivement et eut juste le temps d’esquiver le scorpion qui l’attaquait. Elle riposta en lui envoyant un énorme coup de daï-jo, et ses pattes plièrent. Jade courut alors vers Double H, pour lui dire qu’il était plus prudent de partir, plutôt que de s’épuiser à la tâche. Ces bêtes ne seraient sans doute pas les dernières qu’ils croiseraient. Double H acquiesça et recula lentement vers les rochers à escalader. Jade, quant à elle, rejoignit les sept anciennes victimes et leur demanda de grimper sur les rochers. Elle les surveillait, tandis que son ami repoussait les horribles arachnides. Une fois toutes les personnes en sécurité, Jade bondit sur un rocher, et appela Double H. Celui-ci affligea un dernier coup à une créature et vint à leur rencontre, content d’en avoir fini avec les bêtes.
Les aventuriers durent gravir trois autres rochers pour poursuivre leur route. Ils étaient à présent dans un énorme espace. Jade jeta un coup d’œil au-dessus d’elle. Ils étaient sous la grande passerelle. Elle devina la silhouette d’un requin, apparemment solidement armé.

- Super, glissa-t-elle à Double H. Ils nous attendent de pied ferme.
- Ne vous inquiétez pas, M’oiselle Jade, on va s’en sortir. Avec un peu de chance, il y a une sortie en souterrain, et on leur échappera.
- Il faudrait un énorme coup de chance, marmonna-t-elle, perplexe.

Ils avancèrent, reprenant leur étrange procession, et ne rencontrèrent pas d’ennui dans cet espace-là. La clairière suivante était plongée dans l’obscurité, ce qui était normal, puisque les souterrains n’avaient jamais été exploités par les mineurs. Dans les autres pièces, la lumière provenait des créatures phosphorescentes, véritables merveilles naturelles. La clairière, donc, totalement sombre, ne rassurait personne parmi le petit groupe. Jade avançait prudemment, le plus lentement possible, en tâtonnant. Elle s’apprêtait à dégainer son daï-jo au moindre bruit suspect. Une main tendue en avant, elle guettait le danger. Ses doigts frôlèrent soudain une substance froide, humide. Elle retira sa main et la porta à son arme.

- Faites gaffe, derrière ! prévint-elle.

Un murmure parcourut le groupe, puis le silence l’emporta. Jade approcha courageusement sa main de la substance qu’elle avait frôlée juste avant. Elle tenta de l’attraper, mais elle fut aussitôt jetée à terre. Quand elle se redressa, elle aperçut deux grands yeux jaunes, brillants dans le noir, qui la fixaient. Secundo lui vint en aide comme il put en aide en allumant un voyant lumineux dans le S-A-C de notre héroïne. Tous purent voir la créature qui les menaçait.
Il s’agissait d’un énorme mammifère. Hybride entre un lion et un cheval, il les toisait de toute sa hauteur. Sa longue crinière léonine rendait la créature plus impressionnante qu’elle ne l’était déjà. Mais le pire, c’était ses dents. La bête avait une immense gueule, entrouverte, laissant apparaître des rangées de dents acérées. Jade comprit d’ailleurs qu’elle avait touché le museau de la créature.

- Mademoiselle Jade, c’est un Léquin ! Sa morsure est venimeuse ! s’écria Double H
- En plus ? Mais qu’est-ce que c’est que ce monstre ?
- C’est un animal qu’on n’a plus aperçu depuis des siècles…

Jade ne fit pas trop attention à cette dernière réplique, car le monstre fondait déjà sur elle. Elle demanda aux autres de reculer. Double H fendit le groupe pour se battre aux côtés de Jade… qui sortait son appareil photo. Tandis qu’elle réglait le flash, le monstre leva une énorme patte et l’asséna lourdement sur elle.
Heureusement, Double H l’avait vu et avait placé son bouclier entre la photographe et la patte du Léquin. Jade le remercia chaleureusement.

- Vous êtes à la merci de ce monstre, et vous ne pensez qu’à prendre des photos ?!
- Mais cette créature… Elle est si belle ! s’exclama Jade en écartant le bras musclé de son compagnon – et sauveur, par la même occasion.

Elle prit en photo le Léquin, qui se reçut le flash en plein dans les yeux. Il en demeura ébloui. Jade se félicita mentalement : de part sa passion de la photo, elle avait réussi à étourdir le monstre pour un court instant ! Elle demanda alors aux enfants et jeunes adultes derrière elle de se faufiler entre les pattes du monstre au plus vite. Une fois tous de l’autre côté, Jade et Double H tentèrent de les suivre mais la vision du Léquin était revenue. Il poussa un rugissement (un peu mêlé à un hennissement, ce qui était plutôt étrange comme son) retentissant, qui les fit trembler tous les deux. L’animal posa sa lourde patte sur le torse de Double H et l’envoya contre le mur. Jade réfléchissait à toute vitesse, voyant que son ami souffrait, mais à part s’épuiser à rouer de coups de daï-jo la créature, elle ne voyait vraiment pas quoi faire. Puis une idée complètement folle lui vint à l’esprit : elle se jeta sur la patte de l’animal – celle qui ne tenait pas Double H – et l’enserra de toutes ses forces. La créature se débattit, mais elle tenait prise. Elle mordit le monstre, qui gémit de douleur, mais qui ne relâchait toujours pas l’agent IRIS. Jade desserra son étreinte sur le monstre et fit une roulade en arrière. Elle prenait ses distances avec la créature. Le pauvre Double H était collé au mur, et ahanait de douleur.
Jade, animée par la rage de voir son ami souffrir, plaça son daï-jo en position horizontale et l’enfonça dans le ventre de la bête. Bien sûr, cela ne transperça pas sa peau, mais Jade sentit que la bête ployait. Elle relâcha Double H qui glissa le long du mur, inerte. Jade ne pouvait se résoudre à engager un nouveau combat contre le Léquin. Elle pria Double H de se relever, ce qu’il fit, malgré sa peine à respirer, et ils coururent rejoindre le groupe de rescapés. Ces derniers durent eux aussi se mettre à courir, car le Léquin continuait à les poursuivre.
Le dédale des souterrains de l’îlot noir leur réserva bien des surprises encore. Jade put aussi prendre de magnifiques photos d’animaux que l’on n’apercevait plus à la surface depuis longtemps. Après plusieurs minutes de marche – ou de course, suivant les créatures rencontrées – ils se retrouvèrent devant une sorte de mur d’escalade. Ils comprirent que c’était leur seul moyen de sortir, leur seule issue. Il s’agissait en réalité d’un grand mur, où quelques excroissances dans la pierre leur permettaient de poser les pieds. Leur ascension n’allait pas être simple, mais elle était obligatoire.
Pendant ladite ascension, plusieurs faillirent tomber. La chute aurait été fatale, mais chacun, très appliqué, avait réussi sa mission. Quand ils parvinrent tous en-haut, ils découvrirent qu’ils étaient de retour dans la mine. Or, une mauvaise surprise les y attendait : cinq ou six requins armés aussi lourdement que celui que Jade avait aperçu plus tôt. Ils avaient des sortes de « simples » pistolets paralysants. Quoiqu’il en fût, il fallait leur échapper. Tout le groupe se précipita vers la sortie. À chaque détour, plusieurs requins leur barraient la route. Double H, sans répit, leur envoyait de lourds coups de marteau, dégageant ainsi le passage pour les rescapés. Ils arrivèrent enfin au bout de leur périple : le hangar aux bateaux. Jade et Double H sautèrent à bord, suivis par sept personnes. Ils étaient complètement serrés les uns contre les autres, mais l’important n’était pas là : il fallait fuir au plus vite.
Jade démarra en trombe. Elle ne pensait pas qu’elle allait être suivie par deux voitures volantes, qui étaient occupées depuis un bon moment, en prévision de leur fuite. Quand Jade prit la direction de la cité, une dizaine de Crochax – qui, pour faciliter les choses, s’étaient mêlés à la bataille – lui barra la route. Elle fit une embardée violente sur la droite, l’obligeant à refaire le tour de l’îlot.
Puis il arriva quelque chose qui leur prouva que les armes des requins n’étaient pas que de simples pistolets paralysants.
Un projectile très fin, mais à la puissance mortelle, traversa le pare-brise de l’hovercraft et alla se loger dans la nuque de Double H. Les enfants poussèrent un cri, mais le plus affreux fut celui de Jade. Elle souffrait tellement de voir le sang son ami, celui qui l’avait sauvée plusieurs fois, couler sur son armure, sa fidèle armure. Mais l’espoir persistait : il respirait encore… il semblait même encore conscient. Il n’était peut-être pas perdu.
Le temps semblait avoir été arrêté. Cependant, Jade était consciente que ça n’était pas le cas. Mais pour Double H, pour tout ce qu’ils avaient traversé depuis tout à l’heure et les mois précédents, elle appuya sur l’accélérateur, renversa trois Crochax, tira sur une voiture volante ennemie et s’élança vers la cité. Elle entendit un bruit de carrosserie inquiétant, et un autre son plutôt indescriptible… Comme un soupir. Elle ne se posa pas plus de questions et s’engouffra dans le tunnel menant à la ville. Les requins ne la suivirent pas, évidemment.
À présent, sa seule priorité, c’était Double H. Lui ou rien. Plus rien ne comptait.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×