Above and Beyond [9]

Bien le bonjour. J'ai plutôt honte... mais voici le neuvième chapitre de Xenophobia. Je le qualifierais de chapitre "passerelle", car il est très court et il ne s'y passe pas grand-chose. Enfin, j'espère que vous saurez l'apprécier quand même ^^

Chapitre 9 : Above and Beyond

L’attente parut sans fin. Le garage n’était pourtant pas bien loin. Il fallait dire que l’énergie n’était pas la qualité première des rhinos Mammago, mais sans eux, qu’aurait fait Jade durant toutes ces années ? Et surtout dans cette situation-là. Jade entendit alors une musique reggae approcher et son cœur s’apaisa légèrement. Le véhicule de service du garage agrippa l’hovercraft et le conduit à bon port. Soulagés, Jade, Double H et Pablo sortirent et attendirent le verdict des rhinos. Babukar regarda rapidement – ce qui relevait du miracle pour cette fratrie – le SX350 et soupira longuement.

- Jade, il est vieux ton truc. Je sais pas c’que t’as fait, mais tu l’as bien endommagé. Bouée crevée, rayures et même le moteur est touché… Désolé, mais j’ai pas de pièces de rechange pour l’instant.
- Génial, soupira Jade, ironique. Et y’a pas de moyen pour nous de rentrer chez nous, quand même ?

Babukar réfléchit un instant, se retira dans le garage, et revint quelques minutes plus tard. Il annonça aux trois accidentés qu’il pouvait leur prêter un véhicule de remplacement. Jade accepta. Il ne lui restait que ça, de toute façon. Au phare, elle avait le Béluga, mais ce n’était pas forcément le véhicule le plus discret pour aller simplement faire des courses en ville.
L’hovercraft prêté par les rhinocéros était clairement en meilleur état que le sien, même avant son accident. Elle avait déjà songé à le changer, mais elle était trop rattachée à son vieux véhicule. Il portait ses souvenirs, il représentait la force et le courage dont elle avait fait preuve. Et rien que de monter dans le « remplaçant » du SX350 lui fit un petit coup au cœur. Elle trouvait cette pensée un peu puérile, mais ne pouvait la réprimer.  Dans deux jours, de toute manière, allaient arriver les pièces de rechange pour l’hovercraft et Jade pourrait récupérer son bon vieux véhicule.
Ils étaient enfin en route pour rentrer au Phare ! Complètement éreintés, les trois compagnons n’attendaient qu’une chose : se poser, manger, et boire une boisson chaude pour se remettre de leurs émotions. La silhouette réconfortante du refuge se dessina à l’horizon. L’air était frais, et contrastait avec l’ambiance tendue d’il y a quelques heures.
Jade fit accoster l’hovercraft et en descendit, suivie des deux autres. Retrouver ce lieu leur fit un grand bien, surtout pour Pablo qui ne l’avait plus vu depuis un bon moment. Sourire aux lèvres, le cœur léger, ils montèrent et se retrouvèrent dans le jardin. Le chien accourut aussitôt saluer sa propriétaire. Mais quelque chose clochait. Ce n’étaient pas des aboiements joyeux. On aurait dit un avertissement. Jade se retourna. Rien. Au ciel, tout semblait normal. Porterait-elle encore sur elle l’odeur des requins ? Peut-être. Mais ce n’était pas ça. Elle en eut la conviction quand tous les autres enfants arrivèrent à leur tour, l’air affolé. Ils n’eurent presque aucun regard à l’attention de Pablo.

- Jade, Jade ! Tonton Pey’j ne bouge plus ! s’écria Gips, la voix tremblante.

Le sang de la demoiselle se glaça. Non. Non, pas encore. Le destin ne voudrait-il pas la laisser en paix ? Fallait-il réellement qu’elle soit constamment pourchassée par le malheur ? Elle chercha Yoa du regard. Les grands yeux vides et inexpressifs de la jeune extra-hillyenne se baissèrent lentement. Les enfants paraissaient profondément touchés. Jade demanda à être conduite auprès de son oncle.
Tous rentrèrent dans le phare et trouvèrent Pey’j, au plein milieu de la salle centrale, allongé sur le sol. Jade s’élança à ses côtés. Elle le tourna sur le dos, et reproduisit les gestes de Double H. Ceux qu’il avait faits lors de leur voyage sur la Lune. Quand Pey’j était…
Mort. Tel était le verdict de son auscultation. Plus aucun rythme cardiaque, rien. Elle chercha alors à reproduire un autre geste, qu’elle avait auparavant réalisé totalement innocemment. Quand elle l’avait fait, la dernière fois, jamais elle n’aurait pensé qu’il aurait cet impact. Elle prit alors la main de son oncle, et ressentit aussitôt un choc. Cette main, cette même main qui avait permis le retour à la vie de Pey’j, était recouverte d’un énorme virus DomZ. Un semblable à celui que Double H avait eu sur le cou. Jade se sentit mal. Et si, en sauvant la vie de son cher oncle, elle l’avait conduit à une mort d’autant plus terrible ? Que pouvait-elle faire à présent ? Tant pis, il fallait essayer. Elle posa ses deux mains sur celle de Pey’j, se concentra. Elle pria, pria n’importe quelle force capable de le ramener parmi eux. Elle pensa à tous les moments passés avec lui depuis son enfance. Elle pensa à la détermination qu’elle avait eue, quelques mois plus tôt, à le sauver. Toutes ses forces, tout son amour, elle les rassembla, pour tenter de raviver l’étincelle de vie dans le corps de son oncle.

Toujours rien. Impuissante, en sanglots, elle était là, agenouillée auprès de Pey’j. Elle avait l’impression que plus rien autour n’existait. Il n’y avait qu’eux, au milieu du vide. Puis elle sentit une main se poser sur son épaule. La force de cette main, elle la reconnaîtrait entre mille. Double H. Maintenant, il n’y aurait plus que lui. Un ami fidèle, attentif, courageux. Mais jamais il ne pourrait remplacer son oncle. Cette pensée lui faisait l’effet d’une lame acérée fendant son esprit. Que s’était-il passé ?! Qu’avait-elle fait ? Et pourquoi est-ce que cela arrivait ce jour-là ? Ils ressortaient à peine d’un sauvetage long et fastidieux. En y repensant, cela faisait un moment que Pey’j avait des symptômes. Sa mauvaise humeur constante, ses pertes de mémoire… Elle aurait dû s’en rendre compte. Jade se sentait terriblement coupable.

- Jade… Ce n’est pas de votre faute. Vous ne pouvez rien y faire. Il faut l’emmener à IRIS, ils auront l’antidote.

Les yeux d’émeraude de la jeune femme se plongèrent dans ceux de Double H. Cerclés de rouge, ces perles vertes étaient les plus expressives possibles. L’ancien sergent ne pouvait pas rester de marbre devant ce spectacle. Ces yeux… ces incroyables yeux, traduisaient tant de choses. En eux, il avait l’impression de pouvoir y lire toute l’histoire de Jade et Pey’j, même ce qui était caché, enfoui, au plus profond de la mémoire de la jeune femme. Mais Hub se reprit. Il ne pouvait pas se laisser aller. Il fallait quelqu’un pour raisonner Jade, pour l’emmener au repaire IRIS et permettre de sauver son oncle.
Ce fut Double H qui pilota l’hovercraft. À l’arrière, Jade, toujours en pleurs, au chevet de Pey’j. Elle répétait, tantôt en hurlant, tantôt dans un soupir, que leurs efforts étaient vains, que Pey’j était perdu. Moralement, ce fut rude pour l’agent. Mais il tint bon. Et il les amena auprès de Hahn, Meï et Nino. Les trois se montrèrent très touchés par l’état de leur chef. Leur bon vieux Marcassin, le voilà en position de faiblesse. Pire que de la faiblesse… Ils l’allongèrent sur le lit d’infirmerie, et Meï fouilla partout pour trouver un antidote. Son cœur battait à toute allure, elle avait la gorge serrée. Elle avait beaucoup de pression sur elle.
Jade crut que son cœur s’arrêtait lorsque la Felis Sapiens se tourna vers elle, l’air désolé.

- Jade… nous n’avons plus d’antidote… Je suis sincèrement désolée.
- N’y a-t-il pas un moyen, quand même ? demanda Double H, tandis que les pleurs de son amie s’accentuaient.
- Si… Il faudrait de l’ADN DomZ, pour recréer un antidote. Mais maintenant, ça risque d’être très difficile d’en récupérer.
- Sélène. Il faut juste aller sur Sélène, dit le soldat, déterminé.
- Juste ?! s’étonna Nino. C’est plus tout simple d’y aller… et c’est pas garanti qu’il y en ait, des restes DomZ.
- C’est un risque à prendre… Notre chef est en très grand danger. Nous lui devons ça. Mademoiselle Jade, c’est votre oncle. Si vous continuez à penser que c’est vain, ne venez pas, c’est votre décision. Mais permettez-moi d’emprunter votre vaisseau.

Jade avait les yeux rouge vif. Elle releva la tête, essuya une larme, et envoya un regard décidé à son compagnon. Elle irait avec lui, bien sûr. Ce serait une trahison de le laisser ici, sans rien faire pour lui. Et, même si, au Phare, elle n’avait plus rien senti dans sa poitrine. Pey’j était peut-être dans le coma, pas forcément sans vie. Meï chercha à nouveau dans un tiroir et en ressorti une capsule et une seringue. Elle les tendit à Double H.

- Voilà. Pour récolter l’ADN DomZ. Soyez prudents.

Double H et Jade la remercièrent d’un signe de tête. Cette dernière accorda un dernier regard à son oncle et s’empressa de quitter le repaire et de regagner le nouvel hovercraft.
Une fois de retour au phare, Jade signala aux enfants qu’elle partait à nouveau pour la Lune et les confia à Yoa. Puis, elle et Double H regagnèrent le Béluga. Cela faisait longtemps ! C’aurait été un plaisir, si cela n’avait pas été dans ce contexte-là. Le vaisseau n’avait pas servi depuis leur dernier retour de Sélène, et il avait intérêt à encore fonctionner. Il fallait faire vite. Jade se mit aux commandes. Ses larmes avaient séché. À présent, concentration était le mot d’ordre. Efficacité, aussi. La vie de son oncle était en jeu.
Le ciel s’ouvrit à eux. Jade enclencha les moteurs, et commença à prendre de l’altitude. Elle voyait la voûte céleste, qui commençait à s’assombrir, à sa portée. Bientôt, ils quitteraient l’atmosphère et seraient en route directe pour Sélène. L’espace, atour d’eux, leur offrait un spectacle merveilleux. Des cristaux de glace, des planètes, des étoiles, tout était absolument sublime. Un jour, il faudrait qu’elle y retourne, pour prendre des photos de cette infinie beauté. Les bons moments de la vie, malheureusement, on n’y pensait que lors des pires. Après avoir sauvé Pey’j, Jade était décidée : elle allait prendre le temps de vivre. Elle était jeune, et devait en profiter à fond.
Le Béluga dut se poser à nouveau dans l’émetteur satellite, et non sur la base de la crypte. En effet, celle-ci était protégée par un bouclier, ce qui n’était pas pour rassurer les deux agents. L’émetteur avait, heureusement, été réparé, donc le bouclier avait peut-être été installé par les ouvriers, et non par une nouvelle menace.
Jade et Double H descendirent du vaisseau et constatèrent que beaucoup de choses avaient changé. Manifestement, on avait profité de la réparation pour tout rénover et cela rendait plutôt bien. En revanche, les deux compagnons avaient perdu tous leurs repères depuis la dernière fois. Cela n’était pas pour leur faciliter la tâche. Heureusement, Double H remarqua sur le côté, un plan détaillé de la base lunaire. Ils pouvaient accéder à la crypte DomZ par un boyau souterrain. Apparemment, c’était le seul moyen, car aucun endroit n’était indiqué pour désamorcer le bouclier. Les deux compagnons se mirent donc en route, sur leurs gardes, et chacun espérant tomber sur des restes DomZ.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site