Monsieur Loyal

Je crois que je me suis bien plantée sur cet OS. En tout cas, j'ai galéré à l'écrire, et je pense qu'il y a quelques incohérences dans le texte. Je vous promets de faire mieux par la suite. Bisous et bonne lecture :D

Monsieur Loyal

 

Monsieur Loyal… Aucun nom n’aurait pu être aussi peu convenant à la personnalité de ce cher présentateur du cirque Psyché. Monsieur Loyal, alias Archange Missworth, faisait son boulot, tous les soirs, en bon présentateur de numéros. Mais lorsqu’il quittait son costume rouge et son chapeau haut-de-forme, il était si différent ! Loyal ?! Ahah. Même ses amis les plus proches ne pouvaient pas compter sur lui. Quant à sa femme… La pauvre, elle ne se doutait de rien. Archange était le plus infidèle des maris, et sa prochaine « cible » était la si jolie contorsionniste asiatique. Cette dernière n’était pas dupe et ne comptait pas se laisser faire, de plus elle était pour la fidélité dans les couples.
Les artistes du cirque aimaient charrier Archange sur son caractère opposé à son rôle. Lui-même en riait, d’autant plus qu’il savait que les autres ne se doutaient pas qu’il convoitait la place du directeur. Derrière ses airs d’ange, Monsieur Loyal était en réalité un homme avide de pouvoir et qui ne travaillait ici que dans le but d’atteindre le sommet du chapiteau. Il ferait un si bon directeur… Et aurait moins de ventre que l’autre empoté ! Il en était persuadé. Pour y parvenir, il s’était arrangé pour devenir le confident du patron. Archange n’avait pas honte de son comportement, il était comme ça ! Il assumait à 100% ses faits et gestes, et se consolait en disant que des tas d’hommes étaient ainsi.

– Mon cher Archange, vous ne pouvez pas savoir à quel point vous m’êtes utile, surtout ces temps-ci, dit un jour le patron.
– Oh, je ne fais pas grand-chose, répondit-il d’un ton faussement modeste.
– Au contraire ! M’écouter, c’est ça l’essentiel. Vous êtes mon meilleur employé, Archange.

 « Evidemment, je ne vous vole pas la vedette, puisque je n’ai aucun talent particulier », pensa-t-il.

 - Vous portez bien votre nom, Monsieur Loyal ! renchérit le directeur.

Archange réprima un rire et hocha la tête. Quel imbécile ! C’était le seul qui ne voyait rien !

– Vous pourrez toujours compter sur moi, monsieur. Auriez-vous besoin d’aide pour régler certaines affaires financières ?
- Pas pour l’instant, mais je sais à présent qu’à l’avenir, je saurais qui contacter. Merci encore Archange.

Ce dernier quitta le bureau et rejoignit Florent, le funambule, et Massimiliano, l’un des acrobates. Florent regarda Monsieur Loyal d’un air railleur habituel, mais cette fois-ci, il était justifié. Massimiliano fixait ses grands yeux bleus sur Archange, un peu étonné du mélange de léchage de bottes et d’hypocrisie.

– Quel faux-cul quand même, lâcha Florent.
– Qu’est-ce que tu racontes ?
– Arrête, on sait très bien que tu ne rends pas tous ces services au boss par gentillesse et générosité.
– …
– Tu aimerais une augmentation, c’est ça !

Les traits d’Archange se détendirent. Okay, Florent se doutait de quelque chose, mais pas de la vérité. Tant mieux. Archange mima cependant un sourire gêné et annonça au jeune funambule qu’en effet, il l’avait démasqué, quel génie ! Massimiliano ne disait pas grand-chose pendant ce temps-là – bon, normal, quand on parlait à peine français... – mais semblait tout noter dans son esprit. C’était un espion de Florent ou quoi ? Archange commençait à se poser des questions…

 – Admirez, mesdames et messieurs ! Le splendide trio d’acrobates italiens, Massimiliano, Antonio et Celeste entrent en scène !

Gnin gnin gnin. Archange commençait à en avoir marre de répéter la même chose chaque soir. Il soupira discrètement et rejoignit les coulisses, dans lesquelles Xiu, la contorsionniste qu’il convoitait, s’échauffait avant d’entrer à son tour. Il s’approcha d’elle, et put admirer ses yeux sublimés par le fard. Pour une asiatique, elle avait de grands yeux, même sans maquillage. Elle était très, très belle. D’habitude, en voyant Archange, elle souriait de gentillesse, mais ce soir, elle lui jeta un regard foudroyant, qui n’avait rien de charmeur. Plutôt d’inquiétant. Mais que se passait-il donc ?
Le spectacle fini, tous se retrouvèrent en coulisses, et comme d’habitude, se félicitèrent les uns les autres du beau travail une nouvelle fois accompli. C’était leur petit rituel, un moyen de décompresser après le spectacle. Florent restait à l’écart, bien sûr. Archange sentait ses yeux noirs posés sur lui. Il avait peur, très peur… Florent était un sale type, il en était sûr, et il serait capable d’avoir tout raconté à sa femme. Au secours. La connaissant, il y resterait.
Depuis ce jour, Monsieur Loyal porta bien son nom. Il se montra un peu moins lèche-bottes devant monsieur le directeur, mais plus sincère, et arrêta de convoiter la première jolie fille qui passait devant lui. Tout ça à cause du regard inquiétant de Florent le funambule… Qui n’avait rien fait du tout ! Archange s’était fait des films, qui l’ont changé. En bien.

– Admirez, mesdames et messieurs ! Le magnifique numéro du talentueux Florent, le meilleur funambule de tous les temps !

Archange savait qu’à présent, il allait devoir bien faire attention à redorer le blason de mÔsieur Florent. D’après lui, c’était le plus dangereux, ici. Apparemment, sa femme n’était pas au courant pour ses infidélités passées, mais, vu certaines actions du funambule, il serait tout à fait capable de tout lui rapporter pour se « venger » d’Archange.
Malgré ses efforts, Archange était toujours attiré par le pouvoir et les jeunes et jolies femmes. Alors dans ces moments-là, un air de musique de cirque lui trottait dans la tête, et une voix répétait : « Je suis Monsieur Loyal, je suis Monsieur Loyal. »

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×