La dompteuse

On peut dire que j'ai mis du temps à publier La dompteuse. En fait, je l'avais déjà écrit, mais oublié de le publier ! x) Je l'ai un peu retapé, pour essayer de corriger quelques défauts, mais il doit il y en avoir encore. Bonne lecture !

La dompteuse

icon-mas-7.jpg

Contrairement à Xiu, Cassandre adorait voyager. Depuis son enfance, elle n’avait fait que ça. Elle avait parcouru les quatre coins du globe ; la Thaïlande, le Mexique, l’Egypte, la Nouvelle-Zélande… Et puis, la France, où elle vivait depuis ses 17 ans. Cassandre avait bien sûr une seconde passion : les fauves. Elle la faisait d’ailleurs passer avant celle pour les voyages, surtout depuis qu’elle avait été engagée au cirque Psyché. Son père était lui-même dompteur, en Grèce, et elle avait été fascinée par la beauté des fauves, et attirée par le danger. Son père l’initia alors à l’art du dressage et elle devint vite excellente.
Une fois admise au cirque, Cassandre s’était vite liée d’amitié avec  Zora et Isabella, qui assistaient souvent à ses répétitions. Ses lions, tigres et panthères étaient adorables, mais n’en restaient pas moins dangereux. Cassandre était extrêmement prudente, mais aussi très courageuse. Elle avait déjà reçu des coups de pattes, dont un qui avait failli lui coûter la vie, mais n’avait pas abandonné sa profession pour autant. Elle connaissait les risques de son métier et savait donc que c’était des accidents courants.
Les premières représentations furent un succès. Cassandre sentait beaucoup de tension sous le chapiteau quand elle exécutait son numéro. Mais elle savait qu’elle attirait beaucoup les regards… Après tout, quand on était une belle jeune femme comme elle, avec un corps parfait, et les vêtements moulants de dompteuse… Les hommes laissaient volontiers leurs pensées s’égarer sur elle.
La deuxième ville de la tournée n’avait manifestement pas enchanté Xiu, mais c’était une tout autre histoire pour Cassandre. Ses parents s’étaient installés ici, quand elle avait 17 ans, aussi s’attendait-elle à revoir sa famille. Le temps était couvert, mais elle ne craignait rien. Etant assez superstitieuse, Cassandre  croyait en son destin et se disait qu’en étant persuadée qu’aucune pluie diluvienne n’allait s’abattre sur la ville, aucune pluie diluvienne n’allait s’abattre sur la ville.
Zora et Wolfgang lui souhaitèrent bonne chance. Elle les remercia d’une bref signe de tête et rejoignit sa coulisse. Elle regarda Isabella impressionner l’assemblée par sa force, et entendit le rugissement d’un tigre. Les projecteurs éclairant le plateau amenaient un peu de lumière en coulisses, ce qui permit à Cassandre de vérifier sa coiffure et son maquillage. Ses cheveux étaient parfois ramenés en queue-de-cheval, mais la plupart du temps, ils ressemblaient à une énorme crinière de lion. Ses yeux étaient maquillés de couleurs chaudes, et de fausses griffures. Elle arrivait à se trouver belle… Ses lèvres s’étirèrent en un large sourire. Elle s’attarda sur ses sourcils, ses yeux, puis sa bouche… C’était la première fois qu’elle se trouvait aussi belle ! Etait-ce l’ambiance de la ville ? Ou était-ce un soir spécial ? Ou bien les deux… Peu importait… Pour une fois… Il fallait en profiter un maximum ! Elle serra le manche du fouet qui était dans sa main droite et attendit impatiemment la fin du numéro d’Isabella. Quand elle vit les techniciens installer les grillages pour protéger les spectateurs, son cœur fit un énorme bond.
Cassandre se lança dans l’arène, le cœur battant à une allure folle. Elle poussa un cri de salutation qui anima vivement le public. Et les fauves entrèrent, déclenchant une nouvelle vague d’agitation dans le public.
Et ses parents au premier rang…
Tout était fait pour qu’elle passe une soirée extraordinaire.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×