La contorsionniste

J'ai écrit sur Xiu en 3ème, pensant que la contorsionniste n'allait pas m'inspirer. Je me suis trompée. Xiu est si formidable :) J'aimerais voir une aussi jolie fille qu'elle :D Et puis le fait qu'elle aime Florent... Mwaha. J'adore le personnage de Florent ^^ On se demande pourquoi. Allez, je vous laisse avec la si jolie contorsionniste.

La contorsionniste

Xiu Leung était sans doute la plus jolie fille du cirque. Les autres femmes, sauf Zora, la femme qui risquait sa vie tous les soirs sur la roue, Colombine, la trapéziste, et Cassandre, la dompteuse, n’étaient pas très belles… L’une, Isabella, était haltérophile, aussi ses traits étaient durs et masculins, et l’autre, Natacha, l’écuyère, pourrait être jolie si son visage n’était pas défiguré par son air hautain et orgueilleux. Sinon, il y avait les deux autres contorsionnistes, Sasha et Narsha, l’une polonaise, l’autre indienne, qui étaient banales. Leur visage était agréable à regarder, mais sans plus. Alors que Xiu… Xiu était merveilleuse. Ses yeux étaient grands, et n’avaient pas besoin de maquillage pour être magnifiques. Xiu signifiait élégante et belle… c’était exactement les mots qui la définissaient.
Il était inutile de préciser qu’elle était convoitée de la quasi-totalité des hommes de la troupe. Seuls Florent, et les trois acrobates n’étaient pas intéressés. Florent préférait rester seul – oui, c’était vraiment un pénible – Massimiliano et Antonio aimaient d’autres femmes, et Celeste était gay. Archange était le plus insistant, mais Xiu avait pu remarquer qu’il s’était un peu calmé ces derniers temps… Ca la rassurait. Il était très gentil mais pas du tout son genre.
Non, son genre à elle, c’était Florent. Mais hors de question de le lui dire. Elle le connaissait trop bien, il l’enverrait paître dès le « Il faut que je te parle ». Pour lui, elle s’était vraiment impliquée dans l’apprentissage du français, et elle maîtrisait parfaitement ce langage, maintenant. Pour lui, elle s’efforçait de changer quelque chose dans son maquillage chaque soir, dans l’espoir qu’il le fasse remarquer… mais rien de très concluant. Il n’avait jamais eu de réaction très significative. Ou peut-être cette fois-ci… Où elle s’était dessiné une aile au coin de l’œil. Il avait haussé un sourcil et sifflé d’admiration. Ses joues s’étaient colorées de roses aussitôt, mais cela ne s’était pas remarqué, dans l’ombre des coulisses.
La seule ici à connaître le secret de Xiu était Colombine. Les deux jeunes femmes s’étaient tout de suite très bien entendues et partageaient tout. Xiu savait tout de Colombine et c’était réciproque. Colombine comprenait l’amour de Xiu pour Florent, la soutenait, mais ne lui donnait pas de faux espoirs : elle savait que Florent n’était pas du genre à tomber amoureux. C’était un solitaire, ça se voyait bien. Mais malheureusement, c’était aussi ce qui attirait Xiu.
Un jour après le changement de comportement d’Archange, il était temps de partir pour une nouvelle ville. C’était le premier déplacement. Les roulottes étaient prêtes, mais Xiu ne l’était pas. Elle n’avait jamais aimé voyager… Déjà que de venir ici depuis la Chine avait été très dur pour elle… Certes, quand on n’aimait pas les transports, mieux valait ne pas travailler dans un cirque, mais que voulez-vous… Xiu avait été contrainte depuis sa plus tendre enfance à entrainer sa souplesse, et s’était faite contorsionniste. Elle aimait son métier, sauf l’inconvénient du voyage. Devant sa glace, elle fixait ses propres yeux, au regard attristé. Cette ville leur avait réservé un excellent accueil, ce qui était un bon début pour le cirque Psyché. Même ses parents étaient venus de Pékin pour voir le spectacle. Cette ville lui manquait déjà, alors que les roulottes n’étaient pas encore parties. Xiu ramena ses longs cheveux noirs en une queue de cheval haut perchée, et alla annoncer au directeur qu’elle était, malgré tout, prête à partir.

– Très bien ! On n’attendait plus que toi. Monte dans ta roulotte, et go.

Oui, le directeur vouvoyait les hommes et tutoyait les femmes. C’était peut-être un peu macho comme comportement, mais elles n’étaient pas en mesure de lui faire une remarque. Et puis cela ne les dérangeait pas plus que ça… Sauf Natacha, bien sûr ! Natacha, la graaaande Natacha, qui ne supportait pas de se faire rabaisser. Ce qu’elle pouvait l’énerver !
La nouvelle ville était magnifique. Xiu s’y sentait déjà chez elle, malgré le manque de l’autre. Elle sortit de sa caravane pour aller saluer ses compagnons, puis jeta un œil à l’heure… Dans cinq heures, c’était la première représentation – l’équipe technique étant déjà là depuis hier pour monter le chapiteau – et elle devait déjà commencer à se préparer. Son maquillage prenait beaucoup de temps. 
Une fois son costume bleu moulant enfilé, elle entreprit son maquillage. Elle opta une nouvelle fois pour l’originalité, en se dessinant une sorte de quadrillage au coin de l’œil gauche. Cela lui prit plus d’une heure et demie. Une fois prête, elle sortit et se réfugia sous la tente : le ciel s’assombrissait. Elle frissonnait et enfila une veste. Dans l’ombre, on la remarquait à peine.
Elle vit Florent arriver au loin. Elle se terra un peu plus dans l’ombre. Comme une adolescente, elle était gênée en sa présence. Elle crut qu’il allait passer à côté d’elle sans la voir, mais il s’arrêta et revint sur ses pas. Xiu leva ses grands yeux sur lui.

– Wow… Xiu, c’est toi ? Je ne t’avais pas reconnue.
– Euh… Oui… C’est sans doute parce que j’ai changé mon maquillage…
– Non, sans blague ? Tss… Tu le changes tous les soirs ! dit-il d’un ton que Xiu avait du mal à interpréter. En tout cas, tu es ravissante.

Sur ces mots, il s’éloigna. Xiu était bien contente d’être dans l’ombre, à ce moment-là, pour que Florent ne puisse pas voir son teint anormalement rose.
Cette ville lui portait déjà bonheur ! À peine arrivée, et elle recevait déjà un compliment, de sa part. Finalement, voyager avait peut-être du bon.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site